Seyne-les-Alpes ©MirSeyne-les-Alpes ©Mir

Seyne-les-Alpes

Le voyageur qui arrive au Col de Maure depuis Digne-les-Bains, aperçoit soudain devant lui la riante Vallée du Pays de Seyne, la Vallée de Blanche Serre-Ponçon. Adossée à la colline de la Robine, voilà Seyne-les-Alpes, couronnée par son Fort Vauban et sa « Grande tour ».

Nous imaginons aisément les premières cabanes des Edenats construites au flanc de la même colline, puisque Seyne-les-Alpes s’appelait autrefois Sedena et que diverses peuplades gauloises vivaient dans cette vallée. Sous le règne de l’Empereur Auguste, les romains leur imposèrent leur civilisation. Le Xème siècle est une époque de misère. Des moines défricheurs remettent en valeur les terres dévastées lors des invasions et fondent un couvent à Chardavon.

Le XIIème siècle voit la construction de l’église Notre Dame de Nazareth, monument imposant en forme de croix latine, de style roman cependant imprégné du principe de l’ogive. Cette église est classée « Monument historique » depuis 1842.

Seyne-les-Alpes ©Mir

 

Seyne-les-Alpes, une ville-frontière

En 1388, Seyne-les-Alpes, qui appartient au Comte de Provence devient ville-frontière en raison de la proximité de la Savoie. En effet, Barcelonnette et la Vallée de l’Ubaye sont sous l’emprise du Duc de Savoie. La limite des états est constituée par la chaîne de la Blanche. Seyne-les-Alpes possède pour se défendre la « Grande tour » isolée sur la colline et des remparts qui entourent la ville avec la Porte de Provence et la Porte de Savoie comme seules voies d’accès dans la ville.

De nombreuses incursions de part et d’autre de la frontière donnent lieu à pillages et rançons. En 1483 la Provence est annexée au royaume de France, période de calme relatif qui va être suivi de la tristement célèbre période des « Guerres de religion ». Après luttes sanglantes et incendies dévastateurs, Seyne-les-Alpes devient place-forte concédée aux protestants, au même titre que Mérindol en Provence ou La Rochelle.

Fort Seyne-les-Alpes ©Philippe Leroux

Fortifications Vauban

En 1691, Seyne-les-Alpes étant toujours ville-frontière, Vauban, sous les ordres de Louis XIV, décide de faire renforcer les fortifications. Il ordonne la construction de nouveaux remparts flanqués de bastions. Le Fort viendra s’ajouter à l’ensemble et englobera la « Grande tour ». Les travaux seront rapidement menés sous les ordres des ingénieurs Niquet et Richerand.

Une promenade dans le village de Seyne-les-Alpes vous fera découvrir, en plus de la grande église, des remparts, du Fort Vauban, de la « Grande tour », les vieilles rues avec portes datées et maison à colombage, la place du Couvent et autres édifices religieux.

Aujourd’hui, Seyne-les-Alpes a une double vocation agricole et touristique. La tradition de l’élevage, la proximité de 3 stations de sports d’hiver et du lac de Serre-Ponçon, contribuent au dynamisme de ce village montagnard classé « Station verte de vacances et village de neige ».

Seyne-les-Alpes ©Philippe Leroux

Tradition du mulet

Pendant l’entre-deux guerre on peut estimer à environ 800 mules ou mulets qui naissaient chaque année à Seyne. Le commerce du mulet a fait de Seyne une entité à part dans les Alpes du Sud. L’élevage du mulet fut jusque dans les années 60 – 70 plus qu’une activité d’appoint pour les paysans Seynois.
Avec la mécanisation, la demande chute dès les années 1960 et entraîne le déclin de cette activité. Grâce à des éleveurs passionnés, le mulet de Seyne remonte peu à peu la pente. Aujourd’hui, une vingtaine de muletons naissent chaque année.

Le mulet est un animal né d’un acte de reproduction entre une jument et un âne. Animal plus petit que le cheval, le mulet est particulièrement résistant à la chaleur, au froid et à l’effort physique. Il est très à l’aise dans les sentiers escarpés et est très utilisé dans l’agriculture traditionnelle sur le pourtour méditerranéen ainsi que dans les zones de montagnes.

Le Concours mulassier a lieu toutes les années depuis 95 ans autour du 15 août. C’est le seul événement en France dédié au mulet et le dernier concours du genre en France. Les éleveurs y présentent leurs bêtes, juments et mulets descendus des alpages.

Concours Mulassier à Seyne-les-Alpes

Curiosités architecturales et naturelles

  • Eglise Notre-Dame de Nazareth (XIIIème siècle), intérieur refait en 1988 ;
  • « Grande tour » (XIIème siècle) ;
  • Citadelle Vauban (XVIIème siècle) ;
  • Bastion des Pénitents (XVIIème siècle) ;
  • Eglise des Dominicains (XVIIème siècle).

Manifestations

  • Concours mulassier, deuxième samedi du mois d’août ;
  • Foire aux chevaux et aux bovins, deuxième samedi d’octobre ;
  • Foires artisanales ;
  • Ecomusée ;
  • Expositions et diaporamas dans la citadelle.

Artisanat et produits de pays

  • Céramique ;
  • Fromage ;
  • Miel ;
  • Viande de pays.

Idée de randonnée : La batterie de Dormillouse et les lacs du col bas

Le panorama sur le lac de Serre-Ponçon, la batterie de Dormillouse, tout autant que la beauté des lacs et la diversité des paysages rencontrés font de cette randonnée, aux confins des vallées de l’Ubaye et de la Blanche, un itinéraire incontournable des Alpes de Haute-Provence.

  • Durée : 5 h
  • Dénivelé : 640 m

Descriptif détaillé de la randonnée : www.rando-alpes-haute-provence.fr/lacs-du-col-bas-et-batterie-de-dormillouse/

Lac noir lacs du col bas AD/PT
 

Pour aller plus loin

Office de tourisme Blanche Serre-Ponçonwww.blancheserreponcon-tourisme.com

Idées de randonnées :
Cabane des Mulets – Tour de Tourtourel : www.rando-alpes-haute-provence.fr/cabane-des-mulets-tour-de-tourtourel/
Lacs du Col Bas et batterie de Dormillouse : www.rando-alpes-haute-provence.fr/lacs-du-col-bas-et-batterie-de-dormillouse/

Pin It on Pinterest